Menu Home
Le Spleen de Janus

Le Spleen de Janus

La tristesse n’est qu’un moment de passage
Entre deux instants heureux

Regarde (Tout) ce qu’on te dit maintenant
Ils font de rien un événement

Les songes de tes pensées
S’entremêlent dans la lueur de la nuit

Tu sais, tu sais, les idées comme des atomes
Tu sais, tu sais, s’attirent et se repoussent

Proposant… avec force un moment de répit
Qu’aucune vague de mépris ne pourra attiser
Qu’aucune vague de mépris ne pourra arrêter

Ils finissent toujours par se confondre et
Provoquent un énorme raz de marée
Ton esprit s’immisce, finissant
Dans les abysses de la noirceur
Étouffé par la soif et toi asséché
Buvant leurs idées jusqu’à se noyer